On ne lâchera rien !

vignes gel agriculteurs vin cuvée 2021
Publié le 15.04.21

« Pour être paysan il faut des convictions chevillées au corps, sans quoi tu ne feras pas long feu ».

Jeudi 8 avril. La nuit a été fatale pour le millésime 2021. Malgré les flambées, malgré les nuits blanches, malgré nos prières à Sainte-Catherine Laborde, les dieux de la météo ont eu raison de notre vignoble. 

Cette nuit-là, près de 80% des vignes du domaine ont gelé. Les jours qui ont passé ont été dédiés à sauver les 20% restants. On ne va pas se mentir, cette nuit du 8 avril a retenti comme un couperet  pour nous, ainsi que toute la communauté viticole de France qui dédie la majeure partie de son âme à produire du vin contre vents et gelées. 

Plus que jamais, nous devons nous soutenir, nous mobiliser pour perpétuer ce savoir-faire que le monde nous envie. 

gel vignes viticulteurs
Les bourgeons gelés, au lendemain de cette triste nuit du 8 avril.

Renaître dans la douleur

L’histoire du Domaine de Brau est dictée par les coups durs. 

Brau fut créé en 1852. Nous étions alors en plein milieu d’une épidémie : la troisième pandémie de choléra. Près de 250 000 victimes en France. 

Nous avons repris le Domaine en 2020, en pleine pandémie de covid-19. Un clin d’œil dont nous aurions bien voulu se passer. Mais il fallait faire avec ! 

Et puis de toute manière, dans le processus de reprise du Domaine de Brau, nous commencions à être habitués des coups durs. Dans un (très) court laps de temps, nous avons essuyé un confinement, plusieurs désistements des banques, et par-dessus le marché, un Brexit…

Tant de prétextes s’ouvrant à nous pour renoncer à cette entreprise si périlleuse. Après tout, nous pouvions très bien tout arrêter et revenir à nos situations originelles. Quelques ponts d’or s’étaient ouverts dans le secteur dans lequel j’ai construit ma carrière, je pouvais très bien partir sur un nouveau challenge professionnel attractif sans trop de difficultés. 

On ne lâchera rien ! - Domaine de Brau

Le problème, c’est que dans l’équipe Brau, nous n’avons, certes, pas le même profil, mais nous partageons le même esprit malade : des tarés du vin, des amoureux de la vigne prêts à se mettre dans une galère monumentale pour espérer faire prospérer un domaine viticole. Une vraie folie. 

Et au diable les TedX et les apôtres du développement personnel, l’insistance n’est pas forcément la meilleure solution. Mais dans notre cas, c’était la seule. Nous sommes obligés de relever constamment la tête pour maintenir le navire Brau à flot. 

Alors on se bat. Et on prend un malin plaisir à se renouveler. Chaque échec, chaque coup dur constitue une opportunité pour imaginer des solutions alternatives. Se relever pour avancer. 

Et quand on prend du recul, on se rend compte qu’on est dans le vrai vis-à-vis de la route de l’entrepreneuriat. 

fabien revol vignes vin languedoc

Du coeur et de l’ouvrage

La semaine dernière, j’ai découvert une route similaire, que Dame Nature nous a tracé. Cette route, c’est celle du monde agricole, qui fait face aux aléas climatiques depuis toujours. 

La réalité d’un agriculteur, c’est de voir plusieurs mois de travail, plusieurs mois de levers aux aurores, de mal de dos, de stress, de froid polaire, de chaleurs étouffantes, anéantis en une nuit. Et le pire à vivre, c’est ce sentiment d’impuissance totale. Comme tant d’autres, nous nous sommes battus toutes ces nuits, David paysan contre Goliath météo, pyromanes de fortune pour aller chercher ce degré salvateur qui permet aux bourgeons de nos cultures de ne pas geler au levé du jour.

J’ai croisé sur cette route mes collègues vignerons du Cabardès. Lors de notre dernière  assemblée, j’ai ressenti chez eux une force de résilience extra-ordinaire.

Bien loin des clichés des agriculteurs pleurnichards, revendicateurs, emmerdeurs, biberonnés aux subventions, comme on peut le voir ces derniers jours dans les médias. 

Non, je le vis à présent et peux témoigner de cette incroyable capacité du monde agricole à courber l’échine et repartir. Cet épisode de gel 2021 nous rappelle une fois de plus que la France n’est plus un pays de paysans. Une fois la compassion passée, on pouvait lire ici et là les commentaires désoeuvrants de certains contre les moyens mis en place par les vignerons pour contrer le gèle.

Mais qui peut reprocher à quelqu’un de sauver ce qui le fait vivre ? De sauver ce qui lui  permettra d’envisager un semblant de futur ? 

Alors oui, les agriculteurs ont troqué les fourches contre les tracteurs. Mais gardons toujours en tête, à l’heure des grands débats sur l’autonomie sanitaire, que ce sont ces mêmes tracteurs qui nous garantissent une autonomie encore plus vitale, l’autonomie alimentaire.

La production des matières premières, essentielles ou non (bien que la période actuelle nous démontre bien que le non essentiel le devient rapidement) doit être expliquée.

La somme d’efforts, de travail et d’énergie mise en oeuvre pour produire des fruits, des légumes, de la viande de qualité… se doit d’être valorisée.

Tout néo-vignerons que nous sommes, notre mission initiale s’avère aujourd’hui encore plus évidente et nécessaire :

Expliquer sans tabou, sans mythe, notre métier d’artisan agricole.

Produire dans le respect de l’écosystème, des produits de qualité abordables, contribuant aux bons moments de convivialité.

Les centaines de messages reçus de la part de nos amis, clients, partenaires nous ont réchauffé le cœur comme une balle de paille. Nous sommes donc repartis dans nos vignes, pour les bichonner, les préserver, afin de vous proposer des vins de cépages bio frais et gourmands.

C’est certain, cette épreuve nous marquera à jamais. 

Pour illustrer cette période, je garde en tête le conseil d’un ami vigneron, qui m’a marqué à jamais. 

"Pour être paysan il faut des convictions chevillées au corps, sans quoi tu ne feras pas long feu."
terres du domaine de brau
Domaine de Brau
Domaine de Brau
Domaine de Brau
Domaine de Brau
Domaine de Brau
Domaine de Brau
Avez-vous l’âge légal pour consommer de l’alcool ?
Oui
Non
Il va encore falloir manger un peu de soupe, désolé :)
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération